Sang pour #Sång de Johana Gustawsson @JoGustawsson @MiladyFR @BragelonneFR @Bragelonnedeals (French review of BloodSong) #CoupdeCoeur

Si je ne devais choisir qu’un auteur français, ce serait Johana Gustawsson. Je suis retombée amoureuse de ma langue maternelle grâce à elle (je sais, je radote!), et je lui dois les plus intenses frissons littéraires jamais ressentis! Il m’aura fallu toute la volonté du monde pour ne pas hurler mon amour pour Sång, le dernier né de notre reine du polar, dès la fin de ma lecture. L’attente est terminée!

Joyeuse publication, Johana!

To my English-speaking friends: Today, I’m reviewing Blood Song in its original form! I’ve been sitting on this review for a while so I’m about to explode!!

EF96944D-D832-4792-B266-D15339F94717

Titre: Sång
Auteur: Johana Gustawsson
Date de parution:  16 October 2019
Éditeur: Bragelonne
Rating: 5 étoiles

[Sång] : nom fém. En suédois, signifie « chanson ».

En Suède, une famille est massacrée dans sa luxueuse demeure. Ce terrible fait divers rappelle sur ses terres Aliénor Lindbergh, une jeune autiste Asperger récemment entrée comme analyste à Scotland Yard : ce sont ses parents qui ont été assassinés.

Avec son amie Alexis Castells, une écrivaine spécialisée dans les crimes en série, la profileuse Emily Roy rejoint sa protégée à Falkenberg, où l’équipe du commissaire Bergström mène l’enquête. Ensemble, elles remontent la piste du tueur jusqu’à la guerre civile espagnole, à la fin des années 1930, lorsque le dictateur Franco réduisit toute résistance au silence, dans le sang.

Review

S’il est un roman que j’attendais avec une impatience non retenue, il s’agit de celui-là.

S’il est un roman qui a su me faire traverser le temps et les frontières, il s’agit de celui-là.

S’il est un roman qui marque l’année 2019 de son sceau rouge sang, il s’agit de celui-là.

Säng. Quatre lettres gravées dans ma mémoire de lectrice comme autant de promesses tenues. Ce roman de Johana Gustawsson renforce la position de reine du polar français que possède cette auteure à la plume aussi noire qu’acérée. Mon cœur est à la fois déchiré et heureux !

Quel plaisir de retrouver Emily et Alexis. Un plaisir coupable car si le duo apparaît, les cadavres ne sont pas loin. Mais c’est justement ce qui fait la force de cette série. Rien n’est laissé au hasard. La violence pour la violence ? Très peu pour Johana Gustawsson ! La torture des personnages pour le buzz et la satisfaction de lecteurs dorénavant habitués aux scènes les plus macabres ? Non merci. La psychologie subtile qui noue protagonistes et investigations se retrouve dans ce nouvel opus. Elle nous entraîne dans un roman intense aux couleurs européennes et aux cicatrices laissées par l’histoire avec un grand H.

Une entrée en matière dont la beauté et la tristesse n’ont d’égal que la violence de ses dernières phrases, glaçantes et sanglantes. L’auteure place la barre très haute une nouvelle fois ! Je vous mets au défi de ne pas succomber au charme de la prose parfaite qui vous prend par la main, le cœur, et les tripes vers des contrées sombres !

Säng est, comme ses prédécesseurs, rythmé par des sauts dans le temps et l’espace, vers une partie de l’Histoire que je connais très peu. Franco. L’Espagne. Un goût de sang. Ou de Säng. Et cette question qui tourne en boucle dans ma tête. Pourquoi en sais-je si peu sur le sujet ? Le retour au présent qui m’est familier ne fait pas disparaître ce sentiment que Johana Gustawsson a fait naître en moi. Une frontière me sépare de ce pays, des décennies me lient aux personnages qui vivent entre ses pages et cette dictature. Soudainement, je vis une vie que je ne devinais pas. Une vie d’injustice, d’horreurs, de peine. L’écriture la rend plus vivante que jamais et fait brûler en moi une envie d’en savoir plus…

Aliénor, jeune et innocente à certains égards. La façon dont ses pensées sont décrites alors que son monde s’écroule est tout simplement belle, à vif, et froide. Ça vous prend aux tripes, ce détachement qui n’en est pas un.

Précision. Émotion. Passé ou présent, elles y sont et ne peuvent que rendre plus puissante chaque scène.

« Le présent vaut encore. Oui. Il vaut encore. »

Je garde cette citation précieusement. Magnifique et tellement juste, on peut entendre son écho de Londres à Falkenberg, en passant par la chaleur du Sud. Johana Gustawsson fait un incroyable travail de mémoire pour que le passé fasse toujours partie du présent.

Säng, je te lis comme un chaton boit son petit lait. Je te savoure lentement. J’ai des frissons. Mon pouls s’accélère. Ton intensité me fait perdre la notion du temps. Quel est ce lien entre les vies qui ont été arrachées ? Quel est cette menace qui résonne au loin comme un tir de canon ? Je ne peux entrer dans les détails sans égratigner le suspense de ce polar à nul autre pareil. Qui, où, pourquoi ? Je vous le jure, ces questions vous garderons éveillés comme elles l’ont fait pour moi. Loin du simple livre de crime et de sa police, vous êtes face à une porte qui vous offre un plongeon vertigineux vers une chasse au temps.

Säng, tu es vibrant. Tu es effrayant. Tu es injuste. Mais surtout, tu es tragiquement superbe. Tu nous offres un voyage entre passé et présent, entre pays, entre lignes parallèles. Johana Gustawsson transforme le lecteur en oiseau se posant sur des branches. Certaines sont frêles, certaines sont dures comme de la roche, toutes sont témoins de la vie et de ses cicatrices autant que de ses sourires. L’amour, la haine… Un grand arbre aux feuilles rouge Säng, vertes espoir, noires comme la mort.

Un énorme merci à Lilas, Johana, et l’équipe de Bragelonne pour ce cadeau.

Faîtes vous une faveur, laissez couler le Sång, MAINTENANT DISPONIBLE!

about the author.png

IMG_1065
Bloody Scotland 2018

Française d’origine catalane, diplômée de sciences politiques et fascinée par les liens familiaux, Johana Gustawsson vit à Londres avec son mari suédois et leurs enfants. Ses romans Block 46 et Mör, disponibles dans plus de 20 pays, sont en cours d’adaptation en série TV sous la direction d’Alexandra Lamy. Ils mettent en scène un duo d’enquêtrices atypique, formé par la froide et ténébreuse Emily Roy, profileuse canadienne détachée à Scotland Yard, et l’écrivaine de true crime Alexis Castells. Dans Block 46, Emily et Alexis plongent au cœur de la folie meurtrière et ravivent la mémoire de la Shoah. Mör, leur deuxième enquête, remonte aux racines d’un autre mal, nourri dans l’ombre de Jack l’Éventreur. Avec Sång, elles suivent la piste d’un tueur jusqu’à la guerre civile espagnole et les terribles orphelinats de la peur.

8 thoughts on “Sang pour #Sång de Johana Gustawsson @JoGustawsson @MiladyFR @BragelonneFR @Bragelonnedeals (French review of BloodSong) #CoupdeCoeur

Add yours

Leave a Reply to Meggy | Chocolate'n'Waffles Cancel reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.

Blog at WordPress.com.

Up ↑

%d bloggers like this: