Posted in Book Reviews

L’hebdo French de Meg: La maison aveugle d’Alex Reeve @storyjoy @SMarsanEditeur (The House on Half Moon Street quickie review)

Le mercredi, c’est chronique française chez Chocolate’n’Waffles! Aujourd’hui, j’ai hâte de vous présenter mon avis sur La maison aveugle, un roman époustouflant!

(For my English friends and readers, you will find a smaller version of the French review in your language at the end of the article!)

Un énorme merci aux Éditions Stéphane Marsan et à Stéphanie de m’avoir fait parvenir un exemplaire de ce roman en échange d’une chronique sincère!

la maison aveugle.png
Titre: La maison aveugle
Auteur: Alex Reeve
Édition: Éditions Stéphane Marsan
Parution: 10 avril 2019
Source: éditeur
5 étoiles!

En sous-vêtements, je n’avais pas grand-chose d’un garçon, il me manquait les formes de rigueur. Lorsque je fermais les yeux, je sentais les atouts qui auraient dû être les miens : la largeur des épaules, la puissance des cuisses, le poids du membre entre mes jambes. Lorsque je les rouvrais, j’étais toujours le même, un brouillon d’homme dessiné par un enfant, informe, dénué de force, privé des attributs élémentaires d’un homme.

Londres, 1880.
Leo Stanhope, assistant d’un médecin légiste et fervent joueur d’échecs, cache un lourd secret. En effet, Leo est né Charlotte, fille d’un pasteur respectable. Persuadé d’être un homme au plus profond de lui, et incapable de vivre plus longtemps dans le mensonge, il fuit sa famille dès l’âge de quinze ans, pour s’affirmer en tant qu’homme. Lorsqu’il se voit accusé du meurtre de la femme qu’il aime, Leo est prêt à tout pour retrouver le coupable. Ce faisant, il prend le risque de perdre, en plus de celle qu’il aimait, sa liberté, et peut-être même sa vie.

Pour ses débuts en littérature, Alex Reeve livre un roman somptueux à l’atmosphère sombre.

la chronique

Une couverture majestueuse. Du blanc, du noir, une touche de rouge. Un titre empli de mystère. La maison aveugle est la promesse d’une lecture intense. On le sent, on le sait, avant même d’avoir plongé entre les pages du roman d’Alex Reeve.

Leo Stanhope est un personnage complexe, haut en couleurs dans un Londres du XIe qui n’est pas prêt pour lui. Si les tabous de notre société actuelle perdent peu à peu de leur force, on comprend un peu mieux le chemin qu’il a fallu pour en arriver où nous sommes à travers le parcours de ce jeune homme. Mais loin de l’auteur l’idée de faire de son livre un cri politique. Il ne fait que peindre autour de son lecteur les fresques d’une capitale anglaise victorienne emplie de beauté autant que de tragédie. Il m’a été impossible de résister à l’appel de Léo. Le style pur de l’auteur offre un passage clair dans les rues sombres d’une enquête qui n’aurait dû être, n’aurait pu être sans un personnage digne de ses forces et faiblesses, de ses émotions, et d’un goût de vérité tout aussi avant-gardiste que sa position. Non, Leo ne se sent pas investi d’une mission divine. Leo aime. L’amour, qui ne connaît ni frontières, ni sexe, est un catalyseur qui entraîne notre personnage principal au plus profond de la tamise et plus encore, au plus profond de lui-même. Quel bonheur de goûter au gothique le plus noir et d’en voir ressortir une lumière aveuglante.

Leo n’est pas fait pour enquêter. La maison aveugle ne se dénoue pas avec un tour de magie. Rafraîchissant ! Effrayant ! Effervescent ! Voilà comment décrire le périple d’un homme qui cherche une aiguille dans une botte de foin regorgeant d’épines. Á travers l’exploration de la ville, et de la vie de son aimée pour qui il ne réclame que des réponses à sa mort soudaine, Leo se découvre. Il teste ses limites, celles des autres, celles d’un temps qui ne pardonne pas. Ni les riches, ni les pauvres, ni les putains. Les hommes et femmes qui habitent les pages du roman sont authentiques de leur période, faits de chair et d’os, d’opinions et de personnalités riches qui rendent La maison aveugle captivante et enivrante. Passionnée par l’époque et Londres, j’ai trouvé grâce à Alex Reeve une porte inestimable sur une atmosphère, une vie, qui fait réfléchir, qui fait jurer sous les injustices, sur une montre qui remonte les aiguilles du temps pour transporter le lecteur dans un pur chef-d’œuvre littéraire.

La maison aveugle est l’exemple du parfait mélange de la grande littérature qui s’infiltre sous la peau des hommes pour les exposer et du thriller haletant qui vous prend aux tripes pour vous emmener jusqu’au bout de la nuit ! J’en veux encore !

the quickie

43581627.jpg

Leo Stanhope is a character everyone needs to meet. Leo loves, and Leo fights against his body, his family, his time. Born a woman in the Victorian period, Leo creates a path for himself, a beautifully blinding dirty road which leads him to love, or so he thinks. Spurred by his feelings, he turns into an amateur sleuth when his beloved is found dead. But behind the words and appearances, the author scrapes the ideas we have about love, life, and self-identity. Alex Reeve’s magnificent novel is as character-driven as it is intricately plotted. Blurring the lines between genres, this book is a must-read.

l'auteur

alex reeve

Alex Reeve vit dans le Buckinghamshire. Il a enseigné l’anglais comme langue étrangère à Paris. Il est actuellement chargé de cours à l’université et prépare une thèse de doctorat. La maison aveugle est son premier roman.

about the author

alex reeve.jpg


Alex Reeve was born in Twickenham and now lives in Marlow, Buckinghamshire with his wife and two sons. Having done many jobs, including working in a pub and teaching English as a foreign language in Paris, he is now a University lecturer and is working intermittently on a PhD. His debut novel The House on Half Moon Street, the first in a Victorian crime series featuring Leo Stanhope, will be published by Bloomsbury in 2018. Leo was born when Alex came across an article about transgender people in Victorian England, and he was amazed to see how little had changed.

6 thoughts on “L’hebdo French de Meg: La maison aveugle d’Alex Reeve @storyjoy @SMarsanEditeur (The House on Half Moon Street quickie review)

      1. I totally get that! I’m terrible writing reviews in a different language than the language I read the story in (probably why I try not to write them in the first place haha). I enjoyed reading your quickie and what I could understand of the French one. ❤

        Like

Leave a Reply

Fill in your details below or click an icon to log in:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out /  Change )

Google photo

You are commenting using your Google account. Log Out /  Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out /  Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out /  Change )

Connecting to %s

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.